Prochain concert
Scarlatti et les derniers maîtres de l’école romaine

AU PROGRAMME : 

Francesco Foggia (1603-1688) – Missa Brevis, detta Corrente
 
Alessandro Scarlatti (1660-1725) – Exultate Domino
 
Alessandro Scarlatti (1660-1725) – Magnificat a 5 voci e basso continuo
 
Giacomo Carissimi (1605-1674) – Cantates à voix seule et continuo 

et
On a longtemps cru que le jeune Alessandro Scarlatti (1660-1725) avait été l’élève de Giacomo Carissimi. Il apparaît aujourd’hui que le père de Domenico aurait étudié la musique auprès de Francesco Foggia (1603-1688), célèbre maître de chapelle des basiliques romaines Saint-Jean-de-Latran et Sainte-Marie-Majeure.

Compositeur oublié, Foggia est souvent considéré comme le dernier grand représentant de « l’école romaine ». De la fin de la Renaissance au Baroque, ce courant musical issu du Concile de Trente prônait des règles de composition propres à préserver l’intelligibilité des textes liturgiques dans les polyphonies sacrées. Foggia sut se montrer le digne héritier de cette tradition dominée par la figure de l’antique maître Palestrina, tout en étant un musicien à l’écoute de son temps. Il se forgea un style musical singulier que nous nous proposons d’explorer dans la Missa Brevis, detta Corrente composée en 1663. Cette messe brève porte le surnom de « courante » peut-être en référence aux différents passages ternaires qui rappellent cette danse alors en vogue.

Alessandro Scarlatti quant à lui, quitte Rome pour Naples où sa carrière de compositeur d’opéras l’appelle. Dans un contexte politique et économique peu favorable, il revient à Rome en 1702 où il devient l’assistant d’Antonio Foggia qui a repris le poste de maître de chapelle de son père Francesco décédé en 1688. Lorsque Antonio meurt en 1707, Scarlatti lui succède pour deux courtes mais brillantes années. Alors qu’il était un populaire compositeur d’opéras, il fut également considéré comme le digne successeur des Foggia, dans la lignée du grand Palestrina. Le célèbre Exultate Domino et le Magnificat a 5 voci e basso continuo montrent toute la richesse de son écriture mise au service des textes liturgiques.

Si Scarlatti a longtemps été considéré comme un élève de Giacomo Carissimi (1605-1674), nous le disions en préambule, c’est que ce dernier fut un des plus illustres musiciens de son temps qui enseigna à des compositeurs venus de toute l’Europe. Considéré comme un des pères de l’oratorio italien, c’est probablement au-travers de ses cantates sacrées et profanes que Carissimi montre toute l’étendue de son talent. Tout en faisant preuve d’une certaine sobriété propre à l’école romaine dans l’écriture des lignes mélodiques, la variété des formes et des moyens musicaux que Carissimi met au service de l’expression font de ses cantates des œuvres d’une grande puissance dramatique. L’ensemble Mnemusik que nous avons le plaisir d’accueillir dans ce projet en a fait sa spécialité et c’est donc tout naturellement que nous intégrerons à notre programme des cantates à voix seule de ce grand maître.